Kalo Dungar ou Black Hill, un site naturel magnifique

Le covid-19 étant un peu moins étouffant ici, nous profitons de nos weekends pour découvrir le Gujarat. Cet état, dans lequel nous sommes installés, est situé à l’ouest de l’Inde. Il aurait pris son nom de la tribu Gujjar venue s’installer au VIème siècle dans la région.

Ce dimanche 1er novembre 2020, nous avons sorti nos motos. En remontant vers la frontière pakistanaise, nous avons eu le souffle coupé en découvrant de magnifiques paysages divers et variés.

Vous êtes confortablement installés pour suivre notre périple ? Alors, Let’s go !

A 8 h 00 du matin, le collègue de François est passé à la maison pour décoller tous ensemble. Patrick a offert ce périple en side-car aux enfants. Nous avons pris la route en direction d’Anjar. Anjar est une petite ville à 15 kilomètres de Gāndhīdhām. Nous y avons fait une halte. Le side-car de Patrick avait besoin d’une petite maintenance. Les routes sont tellement cabossées qu’il arrive de perdre des boulons.

Après deux-trois tentatives, nous avons fini par trouver un boulon dans un petit garage de 5 m². Pendant cette réparation, une charmante famille est venue à notre rencontre. Habitants juste à côté du garage, ils nous ont offert un thé chaï (thé indien, prononcé « tchaï »). Le chaï est un délicieux mélange de thé noir et d’épices (cardamome et clou de girofle). Il est consommé quotidiennement par la majorité des indiens qui le font infuser dans du lait entier bouillant, avec du sucre. Même marmiton vous en propose une recette: https://www.marmiton.org/recettes/recette_tchai-chai-the-indien_16612.aspx

C’est avec le cœur réchauffé que nous avons repris notre route. Après Bujh, ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Bhuj ) nous avons pris la direction du « White desert of Kutch » (le désert blanc). Le désert blanc se situe en face de l’île de Kadhir Bet (cf. mon article sur « l’île de Khadir Bet, archéologie et flamants roses »)

Nous avons pris le déjeuner dans un petit routier. Il ne faut pas hésiter à se restaurer sur son chemin, les indiens cuisinent de bonnes sauces pour accompagner votre riz et vos chappattis (pain indien).

Nous avions pour objectif de nous rendre au « White desert of kutch » mais ce site naturel est toujours fermé aux touristes (crise sanitaire). Nous l’avons longé pour monter au sommet de la réserve de « Kalo Dungar » ou « Black hill ».

Nous sommes passés de zones désertiques à des reliefs volcaniques très beaux. Kalo Dungar ou Black Hill est le point culminant du Gujarat, Inde, à 462 m. Cet endroit offre une immense vue panoramique sur le Grand Rann de Kutch (lac du kutch). 

Sous le kiosque, perché sur le point culminant de Kalo Dungar, nous avons pu faire la rencontre d’un musicien. Sa musique m’a emportée comme dans un moment de méditation. L’écouter face à ce lieu magique était envoutant.

Patrick nous a également expliqué que Kalo Dungar a la particularité d’être une zone magnétique où le véhicule semble défier la gravité. Se faisant tard, nous n’avons pas pris le temps d’en faire l’expérience.

L’heure du retour nous a offert un magnifique coucher de soleil autour des éleveurs de bovins. Sur cette grande étendue désertique nous avons pu admirer les différents troupeaux et l’effort des vachers. Ils traient toujours au seau et emmènent leurs bidons de lait frais chargés sur leur moto. Ils enchainent directement la livraison chez les particuliers.

Cette belle journée en moto n’a pas empêché Milan de s’endormir à deux reprises dans le side-car. Alors si ça vous tente, n’hésitez pas à nous faire signe !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s