A Thekkady, au Kérala, un souvenir gravé pour toujours…

Jour 3: Découverte du village de Thekkady, des plantations de thé et de …

En cliquant sur les mots en violet, vous serez dirigés vers un autre lien.

Nous avons quitté Vanilla County à Teekoy près de Vagamon pour rejoindre, en voiture, le village de Thekkady. Nous avions demandé à nos hôtes de contacter le chauffeur qui nous avait accueilli à l’aéroport de Cochin (Reji Ps / contact: + 0091 99464 21839). Nous nous sentions en confiance avec lui. Ça peut paraître un détail à vos yeux. Mais depuis un an que nous vivons en Inde, c’est un point dans l’organisation de nos périples que nous ne négligeons plus.

En chemin, nous n’avons pas manqué de faire le plein d’épices dans une petite échoppe: cannelle, poivre, thé, café… Ces trois heures de route, nous ont également offert des paysages verdoyants, arborés de plantations de thé.

Une légende raconte que le thé aurait été importé d’Inde en Chine par un moine bouddhiste quelques siècles avant notre ère. En fait, la plante semble être originaire de Chine où il existe des traces de consommation depuis l’antiquité. Cette plante sauvage de montagne, apparue aux frontières de l’Himalaya, s’est répandue, de vallée en vallée, jusqu’en Inde.

Il faudra attendre la fin du XVIIIe siècle et la colonisation anglaise pour que des plants importés commencent à être cultivés intensivement dans le Nord de l’Inde (en Assam et dans le Darjeeling). Il fallut attendre cent ans de plus pour voir apparaître les premières plantations de thé dans le Sud de l’Inde.

C’est en 1880 qu’un planteur européen commença la première exploitation de thé à Munnar dans le Kerala. Les ghats occidentaux et la chaîne montagneuse qui longe la mer d’Arabie au sud-ouest de l’Inde offrent un climat très favorable à la culture du thé. Aujourd’hui, vous trouvez des plantations du Sud au Nord du Kerala ainsi que dans les zones frontalières du Tamil Nadu. Le thé du Sud de l’Inde a acquis une belle réputation avec les thés des Nilgiris ou de Munnar. Le Sud de l’Inde fournit de nos jours 20% de la production totale de thé du pays.

Le goût de votre thé diffère d’une récolte d’été ou de printemps. Notre périple de novembre ne nous a pas permis d’assister à la récolte pour avoir de plus amples explications. Reji Ps, notre chauffeur, nous a juste précisé que ce sont les femmes qui réalisent la cueillette.

Une fois arrivés à Thekkady, village situé au cœur du Kerala, nous avons posé nos valises au Wildernest.

Nous sommes descendus au cœur du village et avons pris un déjeuner typique du Kerala. François s’est essayé de manger comme les Kéralais: avec les doigts ! Ce n’est pas aussi facile que l’on ne le pense. C’est tout une technique.

Pour un petit moment de détente en cette triste période de crise sanitaire, oubliez le temps d’un repas notre éducation française. Essayez de manger du riz avec les doigts sans en faire tomber ! Surtout n’oubliez pas de me faire partager votre expérience (messages, photos, vidéos…)

Après ce repas original et délicieux, nous avons traversé la réserve naturelle de « Periyar tiger reserv« , en bus, pour rejoindre le lac artificiel. Nous avons été agréablement surpris de la propreté des bus et de leur adaptation aux règles sanitaires.

Nous avons embarqué à bord d’un bateau touristique. Nous avons pu savourer ce moment au milieu de la faune et la flore malgré la pluie orageuse qui s’est soudainement abattue sur nous. Cormorans, cerfs, biches, bisons…étaient au rendez-vous.

Le tourisme étant très présent au cœur de cette région, les tigres sont de moins en moins visibles. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous n’avons réalisé de safari. Les guides essaient toujours d’alpaguer les touristes. Mais les nombreux avis négatifs présents sur le net nous ont clairement rebutés.

De retour dans notre chambre d’hôtes au Wildernest, le réceptionniste nous a orientés vers l’hôtel juste au-dessus pour nous restaurer. Le wildernest ne sert que le petit déjeuner. Nous avons dégusté les mets kéralais proposés au buffet à l’hôtel spice village. Ce sont deux bonnes adresses que nous recommandons.

Le lendemain matin, nous avions réservé une surprise aux enfants. Avec François, même si nous avions programmé cette activité, nous avons ressenti de grandes émotions.

Fans des éléphants, rejoignez-moi dans mon prochain article… Vous n’êtes pas au bout de nos surprises.

Kerala, pour un bon rafraîchissement: plongez au cœur des erattupetta poonjar waterfalls

Après ces deux bonnes heures de marche au cœur des plantations de caoutchouc, 

Les arbres de caoutchouc,
protégés par leur manteau de pluie
Une exploitation agricole de caoutchouc (rubber en anglais)

Jinsmonthomas nous a emmenés nous rafraîchir en pleine nature. Suivez notre guide au travers de cette vidéo qu’il a lui-même posté sur son compte YouTube:

Ce sont les routes que nous avons empruntées ! Prenez vraiment le temps de regarder cette vidéo. Ca en vaut le détour ! La cerise sur le gâteau: ce petit reportage vous permet de découvrir sa langue natale: le malayalam.

Pour ceux, qui ne pourraient pas lire cette vidéo, voici mes propres images de ce que nous avons croisé sur notre chemin avant notre baignade:

Arrivés à la piscine, petits et grands, âgés ou non, avons pleinement profité du décor et de l’eau pure.

Notre chauffeur de Jeep (à gauche)
Jinsmonthomas (à droite)

A 63 ans, notre chauffeur, nous a embarqués dans des sauts périlleux depuis les rochers.

Alors si à son âge, il peut le faire…pourquoi pas à 37 ans…Mais « ouch », ne faites pas attention à la souplesse.

Rafraîchissement terminé, nous avons repris la route pour « Vanilla County ». Les enfants ont adoré ces sorties en Jeep.

Vanilla County

Après s’être régalés une dernière fois à la table de Vanilla County et salué l’équipe, nous avons quitté Teekoy pour prendre la direction de Thekkady. Un autre village du Kerala qui vous réserve de belles surprises…

Le caoutchouc au Kerala

cliquez sur les mots en bleus pour ouvrir leur lien

Jour 2 – Plantation et fabrication de caoutchouc

Comme brièvement évoqué dans mon précédent article, le Kerala est un territoire d’épices. L’agriculture est la principale source de revenus dans cet état et emploie environ 17 % de la population active.

La culture de la noix de coco est très développée sur la côte et dans les backwaters (lagunes que nous découvrirons un peu plus tard). Au-delà de la richesse de son jus, la noix de coco permet aussi grâce à ses fibres de construire de très nombreuses embarcations. Le thé et le café, quant à eux, sont les principales cultures des Gaths occidentaux, notamment autour de la ville de Munnar.

D’autres produits agricoles comme l’anacardier, les épices (le poivre, la cardamone, la vanille, la cannelle et la noix de muscade) et le caoutchouc sont cultivés de manière intensive. La culture du caoutchouc représente 91% de la production nationale.

Une marche de deux heures dans les montagnes environnantes de Vanilla County nous a permis de découvrir cette culture. Notre jeune et sympathique guide, prénommé Jinsmonthomas (+0091 75920 36971), nous a expliqué que :

Le caoutchouc est issu de la sève d’un arbre aussi appelé « Ficus elastica« .

Les exploitants de caoutchouc font des entailles dans le tronc de chaque arbre. La blessure laisse suinter le latex de la plante. Cette sève, le latex, est récoltée au goutte à goute dans un bol préalablement positionné sur l’arbre.

Les manutentionnaires passent d’arbre en arbre. Ils vident chaque bol dans une jarre métallique. La récolte est réalisée deux fois par jour: le matin et le soir. Ce sont deux moments de la journée où la sève coule plus abondamment. Il est indispensable de récolter la sève du matin pour éviter qu’elle sèche au soleil.

Ils transportent ensuite leur jarre jusqu’à un abri de transformation.

Les différentes étapes de la transformation:

Etape 1: La sève est mélangée avec de l’eau et de l’acide formique.

Etape 2: Ils mélangent manuellement pendant minimum 30 minutes dans le but d’éliminer les bulles d’air.

Etape 3: Le mélange est laissé au repos pendant 1h30 jusqu’à l’obtention d’une plaque, comme pour la fabrication du fromage.

Etape 4: La plaque est pressée dans une première presse, puis dans une deuxième. Cette opération est indispensable pour éliminer toutes les bulles d’air.

En avant pour le pressage des plaques…

Etape 5: Les plaques sont étendues au soleil, comme votre linge, pendant une journée.

Etape 6: Une fois jaunies, les plaques de caoutchouc sont entreposées dans un fumoir pendant une semaine. Cette opération donne la couloir noire au caoutchouc que nous utilisons.

Enfin, il arrive d’observer, au milieu des plantations, les arbres recouverts d’un plastique. Ce plastique leur sert d’imperméable afin de garantir la récolte de la sève malgré la pluie.

Après ces deux bonnes heures de marche sous la chaleur, Jinsmonthomas nous a emmené nous rafraîchir en pleine nature.

A suivre…

Le Kerala, en route pour de belles découvertes !

Jour 1 – trajet depuis le Gujarat

Pour rejoindre le Kerala depuis le Gujarat, nous avons pris l’avion à Ahmedabad (5h30 de route depuis Gāndhīdhām). Afin de savourer nos visites des jours suivants, nous avons pris la route la veille du vol et dormi dans un hôtel à 1 km de l’aéroport. L’hôtel « Confort Inn Sunset » fût de très bon rapport qualité-prix. 6000 roupies (69 €) pour deux chambres spacieuses avec salle de bain (baignoire). Bien plus confort qu’un formule 1 en France !

4 heures du matin, le réveil sonnait. A cette heure, vous oubliez le petit déjeuner. 4 h 45 direction l’aéroport, après avoir garé la voiture pour la semaine, des agents ont contrôlé notre température corporelle à l’entrée de l’aéroport en raison du covid-19. Et là…3 – 2 – 1 Go !! La procédure d’embarquement démarre. Nous avons décollé à 6 h 45, heure prévue, avec la compagnie Indigo. Nous avons apprécié notre vol à bord de cette compagnie (équipement complet anti-covid, avion très propre et hôtesses agréables).

A 9 h 00 du matin, notre chauffeur (son nom : Reji Ps / contact: + 0091 99464 21839) nous attendait à la sortir de l’aéroport de Cochin (Kochi).

Envoyé par nos hôtes, nous avons passé un agréable voyage à ses côtés. Reji est un chauffeur accueillant, prenant le rôle de guide touristique tout en ayant une conduite sécurisante. Cela peut vous faire sourire mais en Inde c’est important de le préciser. Des véhicules peuvent vous arriver à contre sens à n’importe quel moment pour diverses raisons. Après, 3 heures de route, nous avons rejoint notre chambre d’hôtes « Vanilla County ». Ce charmant domaine est situé dans le petit village de Vagamon.

« Vanilla County » est une propriété familiale. Le grand-père du propriétaire (Baby Mathew) travaillait dans une plantation possédée par les anglais avant l’indépendance de l’Inde. Plus tard, il acheta 400 hectares de terre à une famille royale. M. Mathew Vallikappen, le père du propriétaire, a hérité de sa part de terre dans cette montagne. Planteur d’épices à grande échelle de cette région, il a construit cette maison avec du bois et des matières premières provenant des terres environnantes, à une extrémité de sa propriété.

M. Baby Mathew est issu d’une famille indienne – catholique. La tradition est que le plus jeune fils s’occupe des parents et hérite de la maison familiale. C’est ainsi que M. Baby Mathew a hérité de cette maison. La plantation, quant à elle, a été divisée entre les 6 frères et sœurs.

Héritier de la maison familiale, Baby Mathew et son épouse, ont décidé de se diversifié dans l’agrotourisme et la culture de vanille lorsque le prix du caoutchouc et d’autres produits agricoles s’est effondré. Pionnier de cette diversification, ce fut un moyen pour lui de converser cette maison familiale traditionnelle. C’est ainsi qu’ils lui ont donnée le nom de « Vamilla County ». C’est l’une des premières chambres d’hôtes à avoir vu le jour au Kerala, en 1997.

Aujourd’hui le fils de M. et Mme Baby Mathew, et son épouse, savent vous accueillir chaleureusement. Ils sont chaque jour au petit soin pour que vous puissiez profiter pleinement des environs.

A notre arrivée, ils nous ont préparé un repas aux traditions du Kerala. Le déjeuner nous a été servi, non pas dans des assiettes, mais sur des feuilles de bananier.

Après ce repas succulent, nous avons eu le droit à une visite de la propriété. Ils nous ont exposé les différentes plantes d’épices et de fruits comme: le poivrier, l’ananas, le gingembre…

Après une bonne baignade dans une piscine naturelle, nous avons savouré un repas indien cuisiné au bœuf. Comme expliqué dans mon précédent article ( https://inde2020.com/2021/02/08/kerala-un-etat-a-ne-pas-manquer/ ), le Kérala rassemble une large communauté chrétienne. La vache n’est pas aussi sacrée que dans le Gujarat. Des échoppes vendent de la viande bovine.

Après ce long périple et cette belle journée, une bonne nuit de sommeil était la bienvenue. Vanilla County nous a organisés, pour notre deuxième jour, la visite d’une plantation de caoutchouc animée par leur salarié de 24 ans. Doté d’une richesse culturelle surprenante, petits et grands avons bu ses paroles. Ceci sera à découvrir dans mon prochain article…

https://www.facebook.com/vanillacounty

https://instagram.com/vanilla.county?igshid=af4n8svk7t5

Kerala, un état à ne pas manquer !

Vous souvenez-vous ? Avant de rentrer en France, pour un bon break familial, je vous ai évoqué notre semaine de vacances dans l’état du Kerala (https://inde2020.com/2020/11/20/coronavirus-saison-1-episode-6/). Après deux mois d’absence, il est temps de voyager ensemble.

Pour les amoureux de la nature, le Kerala est un état d’Inde à ne pas manquer. Situé dans le sud-sud-ouest de l’inde, c’est un état riche et diversifié en faune et flore. (état en rose, en bas de la carte)

Le Kerala s’étend sur près de 900 km. Il est réputé pour sa culture, ses épices, ses plages et ses canaux (backwaters). Le Kerala dispose également de forêts tropicales et d’une plaine côtière fertile. La pêche et le tourisme participent pleinement à l’activité économique du Kerala.

Le Kérala est un des rares endroits de l’Inde à ne pas avoir été sous contrôle direct des Britanniques. Des rois locaux ont dirigés cet état quand l’Inde a été sous contrôle britannique. Les gens ont vécu de la même manière qu’au cours des 2000 dernières années. Une bonne partie de sa richesse culturelle a été très bien préservée. Le Kérala a l’une des cultures les plus cosmopolites du monde. La culture hindoue y est installée depuis les temps immémoriaux. Cependant, les cultures chrétienne et juive occupent une place importante au Kerala depuis 1000 ans. Pour anecdote, il nous a semblé bon de pouvoir déguster de la viande de boeuf. Les musulmans, quant à eux, occupent principalement une partie du Nord de l’état. Les dialectes locaux du malayalam, les plats culinaires et les vêtements variant d’une ethnie à l’autre reflètent cette diversité.

Le Kérala a quatre saisons contrairement au reste de l’Inde: l’été, la mousson, le printemps et l’hiver. De mars à la seconde moitié de mai c’est l’été. Il fait très chaud et ce n’est pas la meilleure saison pour visiter la région. De mi-mai à mi-octobre c’est la mousson ou la saison des pluies. Quelquefois de mi-août à fin septembre c’est le printemps ou la « saison Onam ». C’est la période idéale pour visiter le Kérala avec les festivals d’Onam qui ont lieux dans tout le Kérala. Onam est un festival des moissons du Sud de l’Inde qui est principalement célébré au Kérala et par toutes les populations. Enfin, de mi-octobre à mi-février c’est l’hiver. Pour des européens, comme nous, nous avons apprécié d’y aller en novembre. Les températures environnaient les 25 degrés. Par contre, il y règne un climat très humide et nous avons étaient trois sans pouvoir faire sécher notre linge. Nous avons compris par la suite pourquoi la population locale fait sécher son linge à même bitume.

Un petit conseil d’aventuriers: lorsque vous allez au Kérala emportez un parapluie sans vous occuper de la saison. Il peut y avoir des averses soudaines qui vous « déguiseront » le temps d’une après-midi.

Quoi qu’il en soit, ce fut de très belles vacances, riches en découvertes, rencontres et émotions. Alors, n’ayez pas peur de ces pluies soudaines et suivez-moi dans l’aventure…

Coronavirus: Saison 1, épisode 6

A l’heure où la France est de nouveau confinée, qu’en est-il à Gandhidham (Gujarat, Inde)?

Nous sommes sortis du « lock down » (confinement) en mai 2020. Les petits commerces et les grandes surfaces ont rouverts chacun leur tour. Le gouvernement a demandé une ouverture progressive. Dans un premier temps, seuls les petits commerces ont pu rouvrir leur porte soit en:

accueillant leurs clients à l’intérieur du magasin avec l’obligation de se vaporiser du gel hydro alcoolique sur les mains et de porter le masque. Le nombre de personnes présentes à l’intérieur est limité. Les autres clients patientent à l’extérieur en respectant la distanciation sociale.

servant leurs clients depuis leur pas de porte ou derrière un comptoir installé à l’extérieur. Au 20 novembre 2020, ces pratiques sont toujours d’actualité que ce soit une épicerie ou un magasin d’outillage. J’ai pu vivre cette expérience en allant acheter une clef plate pour régler la selle d’un vélo. Le vendeur est venu à moi à l’extérieur du magasin en respectant la distanciation sociale et m’a servi ainsi.

Dans un deuxième temps, les grandes surfaces ont elles aussi pu rouvrir leur portes avec les conditions suivantes: port du masque obligatoire, une personne verse du gel hydro alcoolique sur les mains de chaque client, une autre personne prend la température de et inscrit sur un registre les coordonnées téléphoniques de chaque client. Des magasins, comme celui ci-dessous, a installé des chaises à un mètre des unes des autres. Ce qui permet aux clients d’attendre confortablement leur tour.

Certaines stations-service ont elles aussi installées des barrières anti covid-19. Cette station-service ci-dessous a installé une vitre en plexi glace amovible pour protéger ses salariés.

Les restaurants et hôtels ont pu reprendre leur activité en aout 2020. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, nous étions les seuls clients. Tout simplement parce qu’un couvre-feu était imposé à 21 h. L’heure à laquelle les indiens dinent. Le couvre-feu levé, les restaurants ont retrouvé leur activité.

Les écoles, quant à elles, sont restées fermées depuis la mi mars 2020. Le cycle scolaire se termine début mars. Nous pensons que les écoles ne réouvriront pas avant mars de l’année prochaine. Les équipes pédagogiques n’ont pas perdu leur motivation et enseignent chaque jour en visioconférence. Ce qui n’est pas toujours facile. Il n’est pas évident pour de jeunes enfants de rester assis et concentrer 3 heures en continue devant un ordinateur.

Certaines activités sportives ont pu reprendre comme les activités extérieures et les activités ne demandant pas de contact physique. Pour vous donner une idée, Milan peut aller au football mais il ne peut pas essayer le karaté. Hugo, qui a plutôt la fibre pour les activités artistiques, ne peut pas essayer la danse, la musique…

Par contre, les piscines restent inaccessibles. Nous revenons d’une semaine de vacances dans le Sud de l’Inde, état du Kérala, nous vous confirmons que les piscines des hôtels sont toujours fermées.

Pour ceux qui me connaissent, je ne vais pas vous surprendre en vous exposant ma contravention ci-dessous. Eh oui, j’ai oublié de remettre mon masque pour conduire. Accompagnée d’une amie, nous avons été arrêtées par un charmant policier qui n’a pas voulu me faire grâce de cette amende. Je lui ai pourtant expliqué que nous ne savions pas lire le Gujarati. Il n’a jamais lâché. Il était important pour lui de me faire signer cette amende et de repartir avec ses 200 roupies (2,30 euros en septembre 2020). Aujourd’hui, l’amende est de 1 000 roupies (11,40 euros).

En ce 20 novembre 2021, nous n’entendons pas parlé d’un nouveau lock down. Seules, certaines grandes villes ont remis en place un couvre-feu. La circulation du virus est très intense dans ces villes, comme la ville d’Ahmedabad (au Gujarat).

Alors, nous pensons très fort à vous qui vivez un deuxième confinement ! Restez forts face à cette crise sanitaire, sociale et économique !

Pour les hindous, les fêtes de fin d’année sont passées

A l’heure où les chrétiens préparent les fêtes de fin d’années. Les hindous ont déjà célébré leur propre fête, appelée Diwali ou Divali. Ils se basent sur le calendrier lunaire, sur la douzième lune, et non sur le calendrier calendaire. La date de Diwali change chaque année.

Cette année la douzième lune c’est produite le 14 novembre 2020. A cette date, les hindous se sont rassemblés en famille, se sont offerts des cadeaux et ont fait craquer par eux même des petits feux d’artifice.

Pour eux, Divali ou Diwali est une fête de lumière. Divali est la forme contractée de Dipavali, tiré du sanskrit « rangée de lampes ». Diwali est indissociable de la grande fête de Dussehra, qui a lieu vingt jours avant. Ils dessinent des symboles au sol avec du sable coloré et ils illuminent leur maison avec de multiples rangées de guirlandes. En illustration, les maisons de nos voisins:

Diwali n’a pas la même histoire selon les régions de l’Inde. Au nord, chez nous, ils célèbrent le retour du roi Rama, une incarnation du dieu Vishnu, à son royaume, Ayodhya, après un exil de quatorze ans. Ses habitants avaient alors éclairé les rues où passait le roi avec des lampes DIP. Les lampes DIP sont les premières sources lumineuses à avoir été utilisées pour remplacer les lampes à incandescence.

Au Sud, ils racontent selon la légende que Narakasura, un roi-démon, tourmentait le peuple depuis longtemps jusqu’au jour où le Dieu Krishna, une incarnation de Vishnu, l’a tué.  Le peuple a célébré la défaite du roi-démon et depuis, la coutume s’est perpétrée. Quelle que soit l’origine de Diwali, les Hindous partagent l’idée de fêter la victoire du bien sur le mal, de la lumière sur les ténèbres.

Les festivités s’étalent sur cinq jours. Même si les traditions et les coutumes diffèrent selon les régions, voici quelques généralités :

  • Le 1er jour, Dhanteras, est consacré aux préparatifs. Les habitations sont nettoyées, rangées et illuminées dans le but de plaire à Lakchmi, déesse de la beauté qui vient leur rendre visite. Ils achètent de nouveaux ustensiles, objets ou bijoux car on considère que la déesse Lakshmi va entrer dans les foyers sous la forme de nouvelles choses.
  • Le 2ème jour, Chhoti Diwali, ils célèbrent la victoire de Shri Krishna sur le démon Narakasura et symbolise le triomphe du bien sur le mal. La légende dit que Krishna, après avoir tué le démon, prit un bain pour se purifier. Ainsi, certains hindous prennent ce jour-là, avant le lever du soleil, un bain composé d’huiles naturelles.
  • Le 3ème jour, Diwali, le festival est à son apogée : ils célèbrent Lakchmi, ils portent des vêtements neufs. Des lampes à huile sont allumées autour et à l’intérieur des habitations, ainsi que dans les rues. Des cadeaux sont échangés pour renforcer ses liens avec la famille et les amis.
  • Le 4ème jour, Annakut, c’est le jour de l’abondance : ils distribuent de la nourriture, ils font des offrandes aux Dieux. Dans les temples dédiés à Krishna, ils donnent un bain rituel au lait à la divinité et ils la parent de ses plus beaux vêtements et bijoux.  
  • Le 5ème jour, Bhai Dooj, ils réalisent des cérémonies d’adoration, les pujas. Ce jour est aussi consacré à la fratrie. Les sœurs appliquent un tilak (une marque rouge) sur le front de leur frère et prient pour qu’il ait une vie prospère, tandis que les frères bénissent leurs sœurs en leur offrant des cadeaux.

Où que vous soyez en Inde, préparez-vous pendant ces cinq jours à entendre beaucoup de bruit: de jour comme de nuit, les villes sont illuminées, des pétards et des feux d’artifices retentissent partout.  

Le jour de Diwali, nous étions en vacances dans le sud ouest de l’Inde, dans le Kerala. Nous avons eu le plaisir d’assister au feu d’artifices organisé par l’hôtel et de voir les familles se réunir autour de lampions.

Je vous ferai découvrir la magnifique région du Kérala dans mes prochains articles.

Kalo Dungar ou Black Hill, un site naturel magnifique

Le covid-19 étant un peu moins étouffant ici, nous profitons de nos weekends pour découvrir le Gujarat. Cet état, dans lequel nous sommes installés, est situé à l’ouest de l’Inde. Il aurait pris son nom de la tribu Gujjar venue s’installer au VIème siècle dans la région.

Ce dimanche 1er novembre 2020, nous avons sorti nos motos. En remontant vers la frontière pakistanaise, nous avons eu le souffle coupé en découvrant de magnifiques paysages divers et variés.

Vous êtes confortablement installés pour suivre notre périple ? Alors, Let’s go !

A 8 h 00 du matin, le collègue de François est passé à la maison pour décoller tous ensemble. Patrick a offert ce périple en side-car aux enfants. Nous avons pris la route en direction d’Anjar. Anjar est une petite ville à 15 kilomètres de Gāndhīdhām. Nous y avons fait une halte. Le side-car de Patrick avait besoin d’une petite maintenance. Les routes sont tellement cabossées qu’il arrive de perdre des boulons.

Après deux-trois tentatives, nous avons fini par trouver un boulon dans un petit garage de 5 m². Pendant cette réparation, une charmante famille est venue à notre rencontre. Habitants juste à côté du garage, ils nous ont offert un thé chaï (thé indien, prononcé « tchaï »). Le chaï est un délicieux mélange de thé noir et d’épices (cardamome et clou de girofle). Il est consommé quotidiennement par la majorité des indiens qui le font infuser dans du lait entier bouillant, avec du sucre. Même marmiton vous en propose une recette: https://www.marmiton.org/recettes/recette_tchai-chai-the-indien_16612.aspx

C’est avec le cœur réchauffé que nous avons repris notre route. Après Bujh, ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Bhuj ) nous avons pris la direction du « White desert of Kutch » (le désert blanc). Le désert blanc se situe en face de l’île de Kadhir Bet (cf. mon article sur « l’île de Khadir Bet, archéologie et flamants roses »)

Nous avons pris le déjeuner dans un petit routier. Il ne faut pas hésiter à se restaurer sur son chemin, les indiens cuisinent de bonnes sauces pour accompagner votre riz et vos chappattis (pain indien).

Nous avions pour objectif de nous rendre au « White desert of kutch » mais ce site naturel est toujours fermé aux touristes (crise sanitaire). Nous l’avons longé pour monter au sommet de la réserve de « Kalo Dungar » ou « Black hill ».

Nous sommes passés de zones désertiques à des reliefs volcaniques très beaux. Kalo Dungar ou Black Hill est le point culminant du Gujarat, Inde, à 462 m. Cet endroit offre une immense vue panoramique sur le Grand Rann de Kutch (lac du kutch). 

Sous le kiosque, perché sur le point culminant de Kalo Dungar, nous avons pu faire la rencontre d’un musicien. Sa musique m’a emportée comme dans un moment de méditation. L’écouter face à ce lieu magique était envoutant.

Patrick nous a également expliqué que Kalo Dungar a la particularité d’être une zone magnétique où le véhicule semble défier la gravité. Se faisant tard, nous n’avons pas pris le temps d’en faire l’expérience.

L’heure du retour nous a offert un magnifique coucher de soleil autour des éleveurs de bovins. Sur cette grande étendue désertique nous avons pu admirer les différents troupeaux et l’effort des vachers. Ils traient toujours au seau et emmènent leurs bidons de lait frais chargés sur leur moto. Ils enchainent directement la livraison chez les particuliers.

Cette belle journée en moto n’a pas empêché Milan de s’endormir à deux reprises dans le side-car. Alors si ça vous tente, n’hésitez pas à nous faire signe !

Navaratri: les neuf nuits de festival

Navratri ou Navaratri (neuf nuits) est une fête hindoue qui célèbre durant neuf nuits et dix jours des formes diverses de la shakti, l’énergie féminine divine, principalement la déesse Durga, « l’inaccessible ».

Navaratri est célébrée de différentes manières dans toute l’Inde. Dans le nord du pays, cette fête est commémorée avec beaucoup de ferveur en jeûnant et en rendant grâce à la Déesse-Mère sous ses différentes formes. Une amie ne mange que des fruits pendant ces 10 jours.

Navarati est également une période d’introspection et de purification. Elle est divisée en groupes de trois jours d’adoration. Les fidèles recherchent la bénédiction des trois aspects de l’énergie féminine divine, d’où les neuf jours de célébration.

Les trois premiers jours, la Déesse Mère est invoquée sous la forme spirituelle de Durga pour détruire toutes les impuretés, les vices et les défauts.

Les trois jours suivants, la Déesse Mère est adorée sous la forme de Lakshmi. Dans certains états de l’Inde, elle est considérée comme ayant le pouvoir de donner à ses fidèles la richesse infinie et l’abondance.

Les trois derniers jours sont dédiés, dans certains États de l’Inde, à l’adoration de la déesse de la sagesse, des arts, et de l’harmonie, Sarasvatî, afin de connaître tous les succès dans la vie.

Le dixième jour de Navarati, est célébrée Dussehra (« Victoire du dixième jour »), lors de laquelle une effigie de Râvana est brûlée pour célébrer la victoire du bien (représenté par Râma) sur le mal.

Les festivités ont débuté le 16 octobre et se terminent ce dimanche 25 octobre. Cette année avec le COVID-19, de nombreux festivals sur les places publiques sont annulés. Toutefois de nombreuses personnes ne manquent pas d’honorer leur religion et leur culture.

Pour l’occasion, des fidèles ont décoré les temples et se rassemblent jours et nuits pour prier, danser… voici en image un des nombreux temples de Gandhidham:

Dans la résidence, nous avons été conviés deux après-midi (ce mercredi 21 et ce jeudi 22 octobre 2020) pour assister aux danses traditionnelles de ce festival hindou Navaratri: le garba. Le garba est une danse originaire de l’État du Gujarat en Inde. De nombreux garbas traditionnels sont exécutés en ronde, autour d’une lampe centrale ou d’une image ou de la statue de la déesse Shakti. Cette danse est exécutée pendant les neuf nuits de ce festival.

Kavita, la maman de mon étudiant à qui j’enseigne le français

Dans la même lancée, nos voisins nous ont conviés à une soirée avec leur petit groupe d’amis. L’une de ces personnes est professeur de zumba et dirige son propre studio de danse. Je me suis jointe à eux avec Hugo. Nous avons passé une excellente soirée de 22h à 1h du matin. Une soirée riche en découverte et en partage de culture.

Bon entraînement à tous !

Je peux vous dire que c’est loin d’être facile !

L’île de Khadir Bet: archéologie et flamants roses

Nous avons profité du weekend de trois jours pour réaliser notre premier périple en moto. Le vendredi 2 octobre 2020, 9:30 du matin, motos chargées, casque sur la tête nous avons pris la route en direction de l’île de Khadir Bet.

L’île de Khadir Bet est à quatre heures de voiture au nord de chez nous (191 kilomètres). Je préfère vous exprimer la distance en temps qu’en kilomètres. Le rapport temps/kilomètres parcourus n’est pas le même qu’en France malgré la présence d’autoroute. Sur autoroute la vitesse est limitée à 110 km/h voir 80 km/h selon les portions. Il n’y a pas de contrôle et pourtant les gens respectent. Il vaut mieux respecter pour avoir le temps de s’arrêter face à un chien, une vache, un piéton…ou face à des personnes qui arrivent en sens inverse. Pour s’arrêter à un endroit précis de l’autre côté de l’autoroute (station-service, entrée de village…), certains prennent le raccourci de l’autoroute à l’envers. Ici c’est normal !

Pour notre premier périple, nous avons choisi de prendre la route des villages pour découvrir le Gujarat et sa population. L’immense tas blanc que vous voyez sur les photos ci-dessous est un tas de sel. Aux environs de Gandhidham, vous trouverez différentes usines de sel. 70% du sel de l’Inde, 3ème pays producteur au monde (source:https://fr.statista.com/statistiques/571136/production-mondiale-de-sel-par-pays/), est produit dans les marais salants du Kutch, dans le Gujarat.

Pour plus d’informations : https://mediaindia.eu/indes-foto/lantique-production-de-sel-dans-les-marais-salants-de-kutch-au-gujarat/

Nous avons fait un premier arrêt à la sortie de Bachau. Nous avons mangé pommes et bananes à l’ombre, sous la tente des vendeurs de fruits.

Nous avons repris notre chemin en direction de Rapar. En s’arrêtant pour immortaliser le paysage, des personnes ce sont arrêtées pour faire notre connaissance. Grâce à la moto, nous vivons des moments de partage chaleureux et inoubliables.

Arrivée face à l’île Khadir, il faut emprunter une route comme pour atteindre le Mont Saint Michel (site français, pour ceux qui connaissent). Et là… vous êtes au pays des flamants roses et des « painted stork » (ou le Tentale indien). Le Tentale indien est une grande espèce d’échassier asiatique. https://fr.wikipedia.org/wiki/Tantale_indien

Les flamants roses étaient trop loin pour faire de belles photos avec notre téléphone. Petits et grands avons pris plaisir à les observer avec les jumelles de Hugo. Après tous ces émerveillements nous avons atteint notre lodge, le Rann resort Dholavira, à 16 h. Cet hôtel propose des petits bungalows propres, climatisés avec les commodités indispensables. Vous pouvez vous y restaurer matin, midi et soir. Un espace repas y est aménagé pour découvrir leur cuisine traditionnelle. https://rannresortdholavira.com/

Juste derrière les bungalows, se trouve un accès direct non pas à la plage mais au lac salé du « Rann du Kutch ». Sur les images ci-dessous vous pouvez observer la croûte de sel déposée sur le sable. Après la mousson, le lac est plein et au fil des mois suivants il s’assèche et laisse apparaître cette nappe blanche de sel.

Après une bonne nuit de sommeil, nous avons pris le chemin de Dholavira. Dholavira est un site archéologique implanté sur l’île Khadir bet dans une zone protégée du Rann de Kutch et le site couvre plus de 100 ha. Aussi connu sous le nom de Kotada timba le site abrite les ruines d’une cité harappéenne. C’est l’un des cinq plus grands sites harappéens, et le plus important site archéologique indien appartenant à la civilisation de l’Indus. Dholavira est aussi considérée comme la plus étendue des cités de son temps. Le lieu a été occupé à partir de 2650 av. J.-C. et a décru lentement après 2100 av. J.-C. Il a été brièvement abandonné et réoccupé jusqu’en 1450. Le site a été découvert en 1967-68 par Jagat Pati Joshi. Les fouilles sont en cours depuis 1990. (Source Wikipédia)

L’accès y est facile et l’entrée est gratuite. Vous y trouverez un musée et une visite en plein air.

Après une pause snacks, nous avons continué notre route vers le parc des fossiles (à 10 kms du parc archéologique).

L’arrivée sur le parc des fossiles vous offre une magnifique vue sur le lac salé. Les enfants ont aussi eu la surprise de rencontrer des dinosaures sur leur chemin. Par contre, ne vous attendez pas à voir de nombreux bois fossilisés. Le site (accès gratuit) n’expose que quelques rochers.

En repartant, nous avons fait un petit crochet par le « sunset point ». Sunset point signifie le point du coucher de soleil. Nous n’avions encore jamais vu un aussi beau coucher de soleil.

Ce beau coucher de soleil était la touche finale de notre séjour. Le lendemain matin nous avons pris la route du retour. Nous avons fait notre pause snacks à Rapar, à mi-chemin. Avant de quitter définitivement l’île de Khadir bet, nous avons eu la chance de voir d’avantage de flamants roses.

Notre périple en moto nous a offert de belles surprises. Se retrouver au milieu d’un troupeau de dromadaires, par exemple, marquera à jamais notre weekend à Dholavira.

En Inde, nous trouvons plus facile et plus agréable de voyager en moto. Nos 400 kms à moto se sont réalisés sans trop de difficultés. La principale difficulté que j’ai rencontrée c’est d’avoir un petit Milan qui s’endort derrière moi. Nous sentons le poids du casque dans le dos et nous devons utiliser une main pour maintenir son enfant sur la moto.